frenhaessw

Libye : retour annoncé des déplacés de Taouarga, contraints à l'exil

Des habitants de Taouarga pourraient retourner chez eux, suite à un accord conclu. Ces individus, qui se comptent par milliers, ont été contraints à l’exil après la chute de Mouammar Kadhafi en 2011. Ils sont accusés d’avoir soutenu l’ex-homme fort de Tripoli. L’annonce du retour annoncé a été faite par le gouvernement d’Union nationale (GNA).

04 Jui 2018    

Ce lundi, Fayez al-Sarraj, le Premier ministre à la tête du GNA, a apprécié l’accord signé dans la nuit de dimanche à lundi. Les signataires de cet accord de réconciliation étant les maires de Taouarga et de Misrata. Pour M. al-Sarraj, ce pacte doit permettre “le retour en toute sécurité des habitants de Taouarga dans leur ville”. Il s’exprimait sur la page Facebook de son gouvernement.

Ce retour annoncé “sera le début du retour de tous les déplacés et exilés libyens à l’intérieur et à l’extérieur du pays”, a ajouté le numéro 1 du GNA. Les exilés avaient pris les armes pour défendre le défunt chef de la Jamahiriya arabe libyenne. Et ce, jusqu‘à sa spectaculaire chute.

Cela leur a valu de subir de la justice des vainqueurs. 35.000 individus ont été dispersés à travers la Libye, enfermés dans des camps pendant plus de sept ans et vivant dans des conditions catastrophiques. Il leur a tout simplement été interdit de retourner chez eux, à Taouarga. Ce sont surtout les habitants de Misrata (200 km à l’est de Tripoli), très hostiles à Kadhafi et réputés pour avoir été le fer de lance de la révolution libyenne, qui ont forcé les habitants de Taouarga à l’exil.

Un premier accord très vite piétiné

Ce n’est pas la première fois que le retour des exilés de Taouarga est annoncé. En décembre dernier, le même GNA parlait de ce retour, prévu pour début février de cette année. L’annonce de décembre avait été faite suite à un accord ficelé fin 2016 et renouvelé en juin de l’année dernière. Les acteurs de cet accord étaient les représentants de Taouarga et de Misrata.

Mais le retour à peine entrée dans sa phase active le 1er février dernier, des centaines de familles, heureuses de retourner au bercail, se sont vues refouler aux portes de Taouarga par des hommes armés et déterminés à ne pas les voir fouler à nouveau le sol de leur ville. L’accord venait ainsi de connaître un cinglant revers.

Après ce niet catégorique des hommes de Misrata, les exilés se sont retrouvés dans le désert libyen, vivant dans des tentes offertes par des agences onusiennes, à un vingtaine de kilomètres de leur ville. D’autres encore, se sont retrouvés dans des abris que leur ont offerts des habitants des villes voisines deTaouarga.

C’est suite à la chute de Mouammar Kadhafi en 2011 que la Libye a sombré dans l’horreur et le désordre. Cette situation, qui oppose surtout les hommes de Fayez al-Sarraj (reconnu par la Communauté internationale) à ceux du maréchal Khalifa Haftar, profite à des bandes armées tel que le groupe Etat islamique, entre autres.

Avec africanews

Afrique Media TVLe monde c'est nous.

Tweets afm

Newsletter

Recevez par mail les dernières actualtités

  • Les articles à la une
  • L'actualité du monde

Nos Contacts

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 +237 690887878
 +240 555898682
 +235 92521741
Newsletter

Recevez par mail les dernières actualtités

  • Les articles à la une
  • L'actualité du monde