frenhaessw

Nigeria : la population accuse les autorités d'être responsable de l'insécurité dans le pays

Le 14 avril 2018 , cela faisait 4 ans que les 276 lycéennes de Chibok, on été enlevé dans l‘État de Borno, au nord-est du Nigeria, par Boko Haram.

15 Avr 2018    

Aux côtés de plusieurs milliers de personnes, ces mères et pères ont participé à une marche jusqu‘à l‘école secondaire pour filles où 276 lycéennes avaient été enlevées dans la soirée du 14 avril 2014.

Des groupes de la société civile, des défenseurs des droits, des membres de la communauté diplomatique et des parents des filles enlevées ont commémoré l‘évènement dans l‘État de Borno.

‘’ Cela fait quatre ans que je n’ai pas vu ma fille.) Je pensais qu’ils les ramèneraient l’année dernière, mais ils ne l’ont pas fait.C’est très traumatisant, j’espère encore que peut-être avant l’année prochaine, je verrai cela’‘, a déclaré Saratu Dauda, mère d’une fille de lycéenne enlevée.

Pour certains, l‘élite politique nigériane doit être tenue responsable de l’insécurité et de la corruption dans le pays.

Naj ‘atu Bala-Muhammed, ancien membre du sénat du Nigeria estime que “l‘élite politique de ce pays n’a rien fait d’autre que de tirer profit de cette pauvreté, de cette mauvaise éducation de la majorité des Nigérians.”

De son côté, Oby Ezekwesili, co-fondatrice de Transparency International, une organisation internationale se consacrant à la lutte contre la corruption des gouvernements et institutions gouvernementales, affirme que “ceux qui cherchent à faire de la politique d’exclusion dans ce pays ne sont souvent pas exclus quand ils se réunissent sur l’autel de la corruption. Ils parlent une même langue qu’on appelle le mauvais leadership et la mauvaise gouvernance.”

Selon des défenseurs des droits de l’homme, les jeunes filles sont aujourd’hui constamment menacée au Nigeria. Elles sont soient exploitée par la société, soient kidnappée par des terroristes ou violée par des hommes incultes.

Pour TundE Bakare, Ancien Candidat au poste de vice – président au Nigeria “il y a quelque chose qui ne tourne pas rond quand une nation est attaquée à deux reprises sans jamais se soucier de la sécurité et surtout celle des jeunes filles.) c’est extrêmement mauvais quand les jeunes filles deviennent un instrument de négociation entre le gouvernement et les terroristes. ‘’.

Le gouvernement de Muhammadu Buhari a promis de s’attaquer à tout ce qui menace la sécurité nationale avant les élections générales de 2019.

Avec africanews

Afrique Media TVLe monde c'est nous.

Tweets afm

Newsletter

Recevez par mail les dernières actualtités

  • Les articles à la une
  • L'actualité du monde

Nos Contacts

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 +237 690887878
 +240 555898682
 +235 92521741
Newsletter

Recevez par mail les dernières actualtités

  • Les articles à la une
  • L'actualité du monde