frenhaessw

RDC: bataille à l'ONU entre la Cenco et la Céni

La Conférence nationale épiscopale du Congo (Cenco) a demandé vendredi à l'ONU de faire publier les procès-verbaux du scrutin présidentiel controversé du 30 décembre par la Commission électorale congolaise (Céni), qui a réclamé de son côté un soutien international au président élu.

12 Jan 2019    
Le Conseil de sécurité de l'ONU (archive). Le Conseil de sécurité de l'ONU (archive).

La Cenco souhaite que « le Conseil de sécurité demande à la Céni la publication des procès-verbaux pour enlever les doutes et apaiser les esprits », a déclaré Mgr Marcel Utembi, lors d'une liaison vidéo avec les 15 membres de la plus haute instance de l'ONU. « Les résultats tels que publiés ne correspondent pas aux données collectées par la mission d'observation de la Cenco », a-t-il ajouté.

L'opposant Félix Tshisekedi a été déclaré vainqueur par la Céni, un résultat mis en doute par l'Occident et l'Eglise catholique, très influente dans le pays. Cette dernière n'a pas dit qui a gagné selon son propre décompte, mais a laissé entendre qu'il s'agirait d'un autre opposant, Martin Fayulu, qui compte exiger samedi un « recomptage des voix ».

A l'opposé, le président de la Céni, Corneille Nangaa, qui a finalement décidé de répondre positivement à l'invitation du Conseil de sécurité, en a profité pour s'en prendre à la conférence épiscopale, mettant en cause sa méthodologie et même le nombre de ses observateurs accrédités. Corneille Nangaa a également exhorté le Conseil de sécurité à soutenir les nouvelles autorités élues -- et cela sans même attendre la publication des résultats définitifs -- mettant en garde contre une annulation du scrutin. « Nous avons aujourd'hui un président élu » et « il est maintenant temps pour les nouvelles autorités d'être soutenues par la communauté internationale », a-t-il dit par vidéo-conférence, en laissant entendre qu'une éventuelle annulation du scrutin reviendrait à maintenir au pouvoir le président sortant Joseph Kabila, à la tête du pays depuis 2001.

La Céni a travaillé dans des conditions difficiles dans une contestation permanente, avec des controverses créées artificiellement ou non (…) Nous demandons de l’indulgence, mais l’essentiel est que les résultats aujourd’hui sont là (…) et il est aussi temps que les nouvelles autorités soient soutenues et accompagnées par la communauté internationale

La Russie, la Chine et l’Afrique du Sud d’un côté ont salué ces élections et indiqué qu’il fallait en accepter les résultats. De l’autre, la France, la Belgique, les Etats Unis et le Royaume-Uni ont réclamé plus de transparence et appelé la commission électorale à transmettre les procès-verbaux et le résultat détaillé des présidentielles. Mais c’est surtout la très grande prudence de la communauté internationale qui a dominé, relate notre correspondante à New York, Marie Bourreau.

La représentante de la Mission des Nations unies au Congo (Monusco), Leila Zerrougui, a souhaité « le calme » d'ici aux conclusions de la Cour constitutionnelle, attendues « d'ici une semaine ». « Un sentiment de responsabilité doit dominer ces prochains jours », a-t-elle imploré, estimant nécessaire d'« afficher (une) solidarité collective » avec le processus de transition engagé dans le pays.

« Nous attendons de la Céni et de la Cenco davantage de données sur le dépouillement », a souligné l'ambassadeur américain adjoint, Jonathan Cohen, tout comme son homologue belge, dont le pays est ancienne puissance coloniale en RDCongo.

La France et l'Allemagne ont aussi réclamé « la pleine transparence », selon les mots de l'ambassadeur allemand Christoph Heusgen. « La France attend désormais la publication des résultats des élections législatives par la Céni ainsi que la compilation des procès-verbaux pour les élections provinciales et les résultats détaillés des élections présidentielles », a résumé son homologue français, François Delattre.

Pour la Russie, Vassily Nebenzia a appelé « la communauté internationale à éviter toute interprétation et spéculation » qui seraient « des violations de la souveraineté de la RDC ». L'ONU maintient en RDC l'une de ses plus anciennes et plus coûteuses missions de paix, avec quelque 15 000 casques bleus.

Au nom de la realpolitik, Martin Fayulu, qui estime être le vrai vainqueur de la présidentielle congolaise, sera t-il sacrifié ? C’est bien possible à entendre les divisions et l’extrême prudence des diplomates de l’ONU. La communauté internationale fait face à une voie quasi sans issue. Paris encourage donc une voie médiane en négociant une déclaration qui saluerait la tenue du scrutin et appellerait à construire un consensus national dans le respect de la légalité et au service de la paix. Le grand jeu diplomatique pourrait donc bien se refermer sur Martin Fayulu.

Avec rfi

Afrique Media TVLe monde c'est nous.

Tweets afm

"La France est à l'origine de l'appauvrissement de 14 pays africains". Dixit le vice premier ministre italien. https://t.co/T0pzW0tpvf
URGENT : L'ITALIE ACCUSE LA FRANCE D'APPAUVRIR L'AFRIQUE A TRAVERS LE FRANC CFA https://t.co/a2ihCvpKh3
URGENT : L'ITALIE ACCUSE LA FRANCE D'APPAUVRIR L'AFRIQUE A TRAVERS LE FRANC CFA https://t.co/H7wJeHSZUB
VIEWS ON THE CONTINENT DU 14 01 2019: https://t.co/SP1uo6sTZO via @YouTube

Newsletter

Recevez par mail les dernières actualtités

  • Les articles à la une
  • L'actualité du monde

Nos Contacts

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 +237 690887878
 +240 555898682
 +235 92521741
Newsletter

Recevez par mail les dernières actualtités

  • Les articles à la une
  • L'actualité du monde