frenhaessw

Soudan : révolution soudanaise, instrument de propagande politique

Le gouvernement soudanais en avril 2019, dirigé par le président Omar el-Bechir, a été renversé.  Le pouvoir est passé à un organe temporaire spécial appelé « le Conseil militaire de transition »

19 Juil 2019    

Ledit  conseil militaire très libéral, a suggéré que ses pouvoirs soient limités à six mois afin de former un nouveau gouvernement légitime au suffrage universel. Le couvre-feu à cet effet aboli. Les dirigeants de l’opposition ont exigé le transfert immédiat du pouvoir à un organe civil qui n’existait pas. De plus, la Constitution ne précisait pas les règles à suivre pour former un tel gouvernement.

La direction du Conseil militaire de transition a donc refusé de se conformer aux exigences pour des raisons précises.

Les forces de l'opposition ont attaqué des postes de police, les structures du parti et  incendié des véhicules spéciaux.

Dans les sept villes du Soudan les affrontements armés ont commencé entre« les manifestants » et les forces de la sécurité. Le but de l'opposition était le bâtiment du Service de sécurité nationale (Mukhabarat). Conséquence, mort de plusieurs responsables de la sécurité ; le bâtiment à El Fashiri complètement brûlé.

Les rangs de l’opposition ont rejoint des groupes extrémistes –« Al-Nur », le « Front révolutionnaire soudanais » et le « Mouvement de libération du peuple soudanais »

À la suite du refus dudit conseil de se conformer aux conditions de l’opposition, les « manifestants » ont érigé des barricades autour du quartier général des forces armées et ont organisé une grève qualifiée de « grève d'occupation ». Les négociations ont abouti à un accord sur une réunion au sein du nouveau gouvernement de 67% des membres de l'opposition. Les dirigeants des grévistes en voulaient plus et, par conséquent, tous les accords étaient violés et les troubles se poursuivaient.

Le 3 juin dernier, de violents affrontements ont eu lieu entre les chefs de l'opposition et la police. La police a décidé à cet effet de mener une opération spéciale pour «nettoyer» ce territoire des personnes malveillantes. Cependant, ces criminels fuyant la police, se sont dissimulés dans les rangs des manifestants. En raison de cette confusion, plusieurs affrontements armés ont eu lieu entre les forces de sécurité et la police.

Selon des chiffres officiels, trois morts et 60 autres blessées enregistrés. Cependant, des informations complètement différentes se sont rapidement répandues dans les médias: 500 morts , plus de 700 blessés, environ 600 personnes arrêtées. Des chiffres choquants également donnés sur le nombre de viols et de personnes disparues.

Le conseil militaire a par la suite promi de créer un nouveau gouvernement dans les neuf mois. A ce jour une déclaration politique sur l’accord du partage du pouvoir signée entre les chefs de la contestation et le conseil militaire, les pourparlers se poursuivent en vue de trouver un terrain d’entente sur les points encore en désaccord.

Afrique Media TVLe monde c'est nous.

Tweets afm

Newsletter

Recevez par mail les dernières actualtités

  • Les articles à la une
  • L'actualité du monde

Nos Contacts

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 +237 690887878
 +240 555898682
 +235 92521741
Newsletter

Recevez par mail les dernières actualtités

  • Les articles à la une
  • L'actualité du monde