frenhaessw

Les militaires du Niger, du Faso et du Mali massacrent des civils autant que les terroristes (Amnesty)

La guerre au Sahel contre le terrorisme ne faiblit pas; ainsi, plusieurs personnes ont déjà trouvé la mort. Selon Amnesty international, aussi bien les terroristes que les forces africaines dans la région sont responsables des massacres de civils au Mali, au Niger et au Burkina Faso.

10 Jui 2020    
Les militaires du Niger, du Faso et du Mali massacrent des civils autant que les terroristes (Amnesty) @Mali Vox

 Amnesty international a fait de nouvelles révélations sur les massacres dans le Sahel sur fond de terrorisme. Selon l’organisation de défense des droits de l’homme, les forces militaires engagées dans la guerre contre les militants extrémistes, ont massacré des dizaines de civils dans des exécutions sommaires.

«L’insécurité sévit au Sahel, où la population en général est coincée entre les attaques de groupes armés et les opérations militaires en cours. Alors que les arrestations arbitraires par les forces de sécurité balaient des dizaines de personnes à la fois, certaines ne sont pas revues, et l’ampleur réelle des violations commises par les armées est inconnue », a déclaré Samira Daoud, directrice d’Amnesty International pour l’Afrique de l’ouest et du centre.

Des gouvernements restés silencieux

Cet état de chose étant porté à la connaissance des autorités de ces différents pays, Amnesty souligne qu’aucune action véritable n’a encore été menée pour y remédier. «Jusqu’à présent, les promesses des gouvernements du Mali, du Burkina Faso et du Niger pour lutter contre ces violations ont sonné creux. Les autorités de ces pays doivent enquêter de manière urgente et rigoureuse sur ces incidents, dont beaucoup pourraient constituer des crimes de guerre, et veiller à ce que la population en général soit protégée pendant les opérations militaires contre les groupes armés », insiste Daoud.

Le briefing met en évidence les violations commises lors de la réponse militaire à l’insécurité au Mali, au Burkina Faso et au Niger, alors que les trois pays sont confrontés à la menace posée par des groupes armés, tels que le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM) et l’État islamique en le Grand Sahara (ISGS).

Extrait du rapport d’Amnesty International 

Des villageois arrêtés et exécutés illégalement au Mali

Au Mali, l’armée a lancé des opérations de balayage dans les communes de Diabaly et Dogofry dans la région de Ségou, entraînant plusieurs violations des droits humains à la suite d’attaques contre les forces de sécurité par les groupes armés. Amnesty International a pu corroborer qu’au moins 23 personnes ont été exécutées de manière extrajudiciaire ou autrement tuées illégalement et 27 autres ont été arrêtées puis disparues de force par l’armée malienne dans les communes de Diabaly et Dogofry entre le 3 février et le 11 mars 2020.

Le 16 février à Belidanedji, les forces de sécurité ont exécuté de manière extrajudiciaire cinq personnes, qui ont ensuite été enterrées par les villageois, et ont arrêté 18 autres personnes portées disparues depuis lors. «Lorsque les soldats sont arrivés dans le village, la plupart des gens ont fui pour échapper à leur fureur. Mais ils ont arrêté plusieurs villageois et exécuté quatre de mes proches. Par la suite, ils ont saisi une partie des engrais, des fournitures et de nombreuses autres marchandises sur le marché », a déclaré un villageois à Amnesty.

Exécutions extrajudiciaires au Burkina Faso

Amnesty International a également documenté des violations flagrantes des droits humains commises par les forces de sécurité du Burkina Faso entre mars et avril 2020. Dans au moins deux cas, les forces de sécurité ont disparu de force, y compris des PDI, avant de les tuer. Le 29 mars, Issouf Barry, conseiller local de Sollé, Hamidou Barry, chef du village de Sollé, et Oumarou Barry, membre de la famille princière de Banh, ont été enlevés dans leurs maisons à Ouahigouya.

Selon un proche d’une des victimes, les trois individus ont été arrêtés à leur domicile par des gendarmes. Tous trois étaient des déplacés internes qui avaient déménagé à Ouahigouya, la capitale régionale, de leurs colonies d’origine, en raison de l’insécurité. Leurs cadavres ont été retrouvés par des villageois le 2 avril, à la périphérie de la ville, sur la route menant à Oula.

Dans un autre incident documenté par Amnesty International, 31 habitants de Djibo, dont 10 personnes déplacées, ont été arrêtés et exécutés le 9 avril par le Groupement des Forces antiterroristes (GFAT). Le 20 avril 2020, le gouvernement a reconnu que des exécutions extrajudiciaires avaient eu lieu. Dans un communiqué, il a indiqué que la Direction de la justice militaire avait été mandatée pour enquêter sur ces allégations depuis le 10 avril 2019.

Plus de 100 villageois ont disparu de force au Niger

Au Niger, 102 personnes de la région sud-ouest de Tillabéry ont été arrêtées et disparues de force par l’armée dans le cadre de l’opération Almahou entre le 27 mars et le 2 avril 2020. Des témoins ont déclaré à Amnesty International que 48 personnes avaient été arrêtées alors qu’elles se dirigeaient vers foire d’Ayorou du 27 au 29 mars 2020 par des soldats nigériens. Les 54 autres ont été arrêtées par les forces de sécurité dans plusieurs villages le 2 avril.

Cinq témoins interrogés par Amnesty International ont souligné que toutes ces personnes étaient portées disparues et que de nombreux charniers avaient été trouvés à plusieurs endroits dans le département d’Ayorou. De nombreux habitants craignaient pour leur sort s’ils s’aventuraient près des charniers ou s’informaient de la disparition forcée. La répression militaire a forcé les gens à fuir vers les zones urbaines pour des raisons de sécurité. «Inates a été désertée par ses habitants et la plupart d’entre eux se sont déplacés vers le sud, plus près des centres urbains en raison de l’insécurité», a déclaré un témoin à Amnesty International.

 «Les autorités du Mali, du Niger et du Burkina Faso doivent garantir la cessation des homicides illégaux et des disparitions forcées commis par leurs forces de sécurité. Ils doivent immédiatement garantir la libération de toutes les personnes arrêtées et enlevées, à moins qu’elles ne soient traduites devant un tribunal et inculpées d’une infraction pénale reconnaissable. Ils doivent enquêter sur ces incidents et poursuivre les responsables présumés des violations. L’impunité n’a conduit qu’à de nouvelles violations et abus », a déclaré Samira Daoud.

 

 

    Source: Benin Web TV

 

Afrique Media TVLe monde c'est nous.

Tweets afm

Newsletter

Recevez par mail les dernières actualtités

  • Les articles à la une
  • L'actualité du monde

Nos Contacts

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 +237 690887878
 +240 555898682
 +235 92521741
Newsletter

Recevez par mail les dernières actualtités

  • Les articles à la une
  • L'actualité du monde