frenhaessw

RD Congo : coup de bluff à la CPI

Deux associations de la diaspora congolaise le claironnent depuis le 10 mars : ce jour-là, elles ont déposé « une plainte contre Joseph Kabila » devant la CPI, et elle aurait été jugée « recevable ».

27 Mar 2017    
Fatou Bensouda, procureure de la Cour Pénale Internationale à la Haye le 27 novembre 2017 Fatou Bensouda, procureure de la Cour Pénale Internationale à la Haye le 27 novembre 2017 © Peter Dejong/AP/SIPA

L’Association pour la promotion de la démocratie et le développement de la RD Congo (Aprodec) et la Ligue contre la corruption et la fraude (Licof) disent avoir ainsi dénoncé les récentes exactions de l’armée dans le Kasaï (centre du pays) et l’existence d’un charnier à Maluku, en 2015.

La réalité est quelque peu différente, comme l’explique une source au bureau de Fatou Bensouda, la procureure. D’abord, cette dernière ne reçoit pas de « plainte », seulement des « communications ». Si elle estime qu’un crime a été commis, elle seule peut décider d’engager des poursuites.

Ensuite, son bureau n’a pas jugé ces documents recevables : il n’a fait qu’accuser réception, comme pour toutes les communications, ce qui n’exclut pas que ces documents puissent servir à l’occasion de procédures ultérieures.

Enfin, la CPI donne la priorité aux juridictions nationales pour engager des poursuites. Le bureau de la procureure enquête toujours, en revanche, sur la mort de dizaines de manifestants tués par balles lors des émeutes de septembre 2016 à Kinshasa. « Nous suivons attentivement les suites que la justice congolaise donne à cette affaire », ajoute notre source.

Avec JeuneAfrique

Afrique Media TVLe monde c'est nous.

Tweets afm

Newsletter

Recevez par mail les dernières actualtités

  • Les articles à la une
  • L'actualité du monde

Nos Contacts

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 +237 690887878
 +240 555898682
 +235 92521741