frenhaessw

Les travailleurs humanitaires de plus en plus pris pour cible en RCA

Ce dimanche 19 août, c’est la Journée mondiale de l'aide humanitaire. Une journée placée sous le mot d'ordre #Notatarget, « nous ne sommes pas une cible ». Un mot d'ordre qui concerne les civils sur les terrains de conflit, mais aussi les acteurs humanitaires qui sont de plus en plus visés, comme c'est le cas en Centrafrique. Depuis le début de l'année, six travailleurs humanitaires ont déjà été tués dans le pays, plus de 200 incidents rapportés, soit presque un par jour.

19 Aoû 2018    
Personnel soignant et patients dans les locaux de MSF, au camp de réfugiés de Mpoko, à Bangui, Centrafrique Personnel soignant et patients dans les locaux de MSF, au camp de réfugiés de Mpoko, à Bangui, Centrafrique

En Centrafrique, les humanitaires sont de plus en plus pris pour cible. Une tendance identifiée par la coordonnatrice résidente des Nations unies à Bangui.

« Ces humanitaires vont sur le terrain pour sauver des vies et c'est leurs vies qu'ils perdent, s'indigne Najat Rochdi, pour qui cette situation est inacceptable. Entre janvier et juillet : 205 incidents, dont 103 vols. Ils volent les humanitaires, mais en fait ils volent la population. Parce que quand les humanitaires perdent la nourriture qu'ils ont stockée ou les médicaments ou quoi que ce soit, en fait, c'est la population qu'on est en train de spoiler. »

De nombreuses ONG ont fait l'objet d'attaques ces derniers mois. Le CICR a notamment été braqué plusieurs fois. Des évènements qui rendent le travail difficile. Mais pour Françoise Lambert, coordinatrice communication pour le CICR à Bangui, il n'est pas question d'abandonner les activités.

« On a mis en place des mécanismes qui nous permettent d'établir des dialogues. Nous avons quelques parades. Nous essayons quand des axes deviennent particulièrement dangereux de les contourner, de modifier nos zones de priorité. On continue d'agir, même si parfois il nous arrive de devoir réduire un peu notre activité. Mais on reprend. Et de toute façon, on reste d'une façon ou d'une autre toujours présent sur le terrain puisque nous entretenons, nous approfondissons ce dialogue avec les différents acteurs d'influence qu'ils soient porteurs d'armes, société civile pour sensibiliser à nos principes fondamentaux. »

Une insécurité qui rend les donateurs frileux. Concernant les besoins humanitaires, aujourd'hui, seuls 28% des fonds nécessaires pour cette année 2018 en Centrafrique sont disponibles.

Dans un tweet, Joseph Inganji chef du Bureau de la Coordination des affaires humanitaires (OCHA), en RCA donne les chiffres : « 29 tués depuis 2014. 205 incidents et 6 assassinats de travailleurs humanitaires enregistrés en 2018... ».

Avec rfi

Afrique Media TVLe monde c'est nous.

Tweets afm

Newsletter

Recevez par mail les dernières actualtités

  • Les articles à la une
  • L'actualité du monde

Nos Contacts

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 +237 690887878
 +240 555898682
 +235 92521741
Newsletter

Recevez par mail les dernières actualtités

  • Les articles à la une
  • L'actualité du monde